Rechercher
  • Vass

We ARE Légion

Contact


Courant septembre, un jour pluvieux sur le sommet du Ventoux, je fais la rencontre hasardeuse du Lieutenant Léo, en charge de la communication du 2ème Régiment de la Légion Étrangère basé à Saint Christol. Venu photographier ses équipiers en plein effort dans l'ascension, il a aussi choisi par hasard le spot où je me poste tous les jours pour prendre en photo les cyclistes.

On a l'habitude de voir passer une fois dans l'année le régiment et en général, ils refusent tous la photo. Ils ne sont pas là pour se montrer, ni pour se vanter auprès de qui que ce soit; quand les légionnaires gravissent le sommet, c'est pour le sport, l'effort et le partage d'un moment (agréable ?) entre camarades.



Ce jour-là, le lieutenant et moi prenons le temps de faire connaissance, d'évoquer nos états de services, notre parcours et nos passions. Entre deux encouragements, on partage nos expériences et notre travail. Comme vous le savez, mon orientation artistique se tourne vers les activités Outdoor, c'est à dire les activités en extérieur, sur le terrain. Et de voir cet homme en uniforme, exercer la même profession que moi au service d'une institution aussi forte que la légion, ça fait écho à mon passé ; J'ai grandi dans la forêt, à faire des cabanes, jouer à la gué-guerre avec mes potes, faire du camping sauvage, observer la nature et vivre en harmonie avec. En grandissant, mes expériences d'ado se sont éloignées laissant place à une vie d'adulte, une vie réelle avec des problématiques d'adulte comme travailler, étudier, construire un avenir. Mais ce passé, même éloigné, n'a jamais disparu. Il est resté là, somnolent, dans l'attente d'être réactivé.


Comment joindre mon activité de photographe à cet amour du terrain, cette envie d'extérieur, ce plaisir du "dehors"?


Le feeling passe plutôt bien avec le lieutenant et pour répondre à ces questionnements, il me propose tout simplement de venir partager un moment avec son régiment, lors d'un exercice militaire, pour me faire une idée de ce qu'est la pratique du photo reportage dans ces conditions.



Briefing


Octobre. Je reçois un message "J'ai quelque chose pour toi. Après avoir parlé avec mon

chef de corps, il est d'accord pour que tu nous accompagnes en civil, sur un exercice au cœur du Verdon, pendant 3 jours. On forme les nouvelles recrues au pilotage et la navigation de MLF (Moyen Léger de Franchissement) sur un lac, ça te branche ?"


Évidemment que ça me branche !

En général, je suis du style facile à convaincre mais dans ce cas là, il n'en fallait pas plus pour me décider. "Prends une tente, un duvet chaud, et je t'envoie la liste des affaires à prendre + la convention à signer. Apporte une bouteille pour le chef sur place".

Okay. Là, je commence à kiffer la tournure des choses. Ce lieutenant, quand il dit quelque chose, il fait pas semblant. Et j'apprécie beaucoup l'intérêt qu'il nous porte, à mon travail et à moi.

Fin Octobre. J'embarque mon sac photo; deux boîtiers, mon drone, les chargeurs puis un sac (militaire) de fringues chaudes, une glacière alimentaires d'appoint, une lampe frontale et mon kit camping. C'est parti. J'ai 3h de route jusqu'à là-bas, on me donne un horaire d'arrivée, je m'occupe de respecter les ordres. Je décide de passer par les petites routes pour commencer l'immersion sauvage. Tôt le matin, en plein automne, je traverse des contrées magnifiques, aux milles couleurs, pas de doute, je démarre l'expérience du bon pied. Un peu en avance, je prends quelque photos sur la route, la passion toujours plus forte.

Repérer les lieux


Arrivé sur place, je gare ma voiture aux abords du campement militaire. Le lieu, quelle beauté. On a beau voir des images sur internet, scruter la topographie sur Google Maps, rien ne remplacera jamais la sensation et l'émotion que nos sens perçoivent réellement. Près d'un charmant village, au bord d'un immense lac, J'ai l'impression d'avoir voyager dans des fjords norvégiens. L'eau d'un bleu glaciale, des forêts d'immenses sapins parsemées de feuillus jaunes, oranges ou rouges. Le tableau ne pouvait pas être plus beau. D'habitude, en été, c'est un lieu très touristique. Mais à cette période creuse, doublée par l'épidémie, le tourisme laisse place au calme et la nature pure. L'évasion, dans sa définition la plus authentique.

Mon contact, Léo, ne sera présent que dans deux jours mais sur place, je fais connaissance de la team Communication: Billy, le vidéaste armé d'un Sony Alpha monté sur un stabilisateur Ronin DJI et André, photographe et pilote de drone. Ils m'accueillent à bras ouverts, chaleureusement, sans même me connaître. L'un me dit que j'ai "carte blanche" pour les photos, elles seront juste soumises à vérifications à la fin: "Tu demandes rien, tu fais." Cette confiance, elle me rassure, elle me motive. J'apprécie vraiment travailler à ma manière mais je sais aussi collaborer avec des partenaires et c'est d'autant plus plaisant quand chacun se fait confiance.


D'attaque, je prends mon sac et je m'engage vers la troupe, en place pour manœuvrer avec les zodiacs et les barques sur l'eau. On me fait signe de monter dans un des navires, avec le reste sur le lac. Parfait. Je mets mon gilet et l'aventure commence.



Débriefing

Cette expérience, elle m'a appris énormément de choses: en prenant le temps de faire connaissance avec chaque personne, de discuter sur leur intentions, leur origine, chaque récit, chaque histoire, chaque culture brise tous les préjugés que j'avais sur ce corps d'armée. Non, ce ne sont pas tous des "repris de justice" et oui, ces hommes là sont sensibles, intelligents, dotés d'un esprit éclairé. En fait, la Légion Étrangère, c'est un corps d'armée qui n'existe qu'en France. Je m'explique: cette institution accueille toutes personnes étrangères ou françaises qui souhaitent faire un nouveau départ, qui souhaitent fuir des régimes totalitaires de leur pays d'origine et qui souhaitent œuvrer dignement dans leur pays d'accueil. D'ailleurs, pour certains pays, intégrer la Légion en France est puni chez eux. Il existe des Légions Étrangères ailleurs mais elles ne sont pas aussi ouvertes que la nôtre et beaucoup moins "prestigieuses". Et puis, en France, on vous traite dignement; bien que les conditions, la discipline ou encore le travail sont relativement durs, en France, on vous respecte. Ce qui n'est pas le cas partout. Et ce respect, qui se mérite, est donné à tout le monde, sauf si vous le bafouez. Et ça, c'est peut-être un détail, mais pour les personnes qui ont traversé le monde pour intégrer la Légion, ça veut dire énormément.

À travers mon séjour, j'ai vu des hommes motivés, passionnés, des hommes qui mettent leur ego de côté (essayez, vous verrez c'est vraiment pas facile), qui ont tout laissé pour participer à quelque chose de plus grand qu'eux, de plus important qu'eux. J'y ai vu des hommes tenir des armes à feu mais écouter des chants mongols, mélodieux. J'y ai vu des hommes forts, froids, mais qui sont végétariens parce qu'ils pensent à la vache que vous mangez dans votre Bigmac. J'y ai vu des hommes intéressants, souriants, qui malgré la barrière de la langue, peuvent te faire comprendre quelque chose en un clin d'œil. Qui s'intéressent à l'art, à la mécanique, qui posent fièrement pour toi quand tu les vises avec l'appareil. Des hommes prêts à tout pour t'aider si tu tombes, te relever si tu es tombé.


La magie de la Légion, c'est qu'elle forme une immense famille de membres qui n'ont pas le même sang mais qui feraient autant pour vous que si vous étiez son frère.


Et c'est ça, c'est inestimable.


Merci à tous. Je ne citerai pas les noms mais si vous lisez cet article, merci de m'avoir fait partager cette expérience unique. On remet ça bientôt ;)




VASS

143 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout