Rechercher
  • Vass

Top Conseils pour pratiquer la photographie numérique


Ahh la photographie. Un merveilleux art, démocratisé depuis ces deux dernières décennies par l'avancée technologique de nos sociétés de plus en plus connectées. Aujourd'hui, tout le monde prend des photos : que ce soit pour se montrer, pour montrer, informer, raconter des histoires, obtenir de l'attention ; il y a autant de raisons de prendre des photos qu'il y a d'êtres humains. Et pourtant, bien qu'à la portée de tous, la photographie reste un art, au même titre que la cuisine; Cela peut se pratiquer au quotidien mais t'autoproclamerais-tu chef étoilé parce que tu sais faire des pâtes Al Dente ?

Les conseils qui suivent vont pouvoir t'aider à faire la différence entre prendre de belles photos et de bonnes photos. Comme tout art qui se respecte, il faut de la pratique, de la passion, des connaissances, une base solide. Tu as peut-être un œil affûté et il est temps de le solliciter, avec les bons outils, et de dégager ce potentiel artistique qui sommeille en toi. Le but ici n'est pas de faire de toi un photographe professionnel (ce sujet sera évoqué dans un futur topic) mais de savoir comment bien utiliser certains fondamentaux qui vont te donner envie de développer ta créativité à travers les clichés que tu prendras.

Avant de démarrer, clarifions ensemble la définition de belle/bonne photo:

  • Une belle photo c'est généralement un cliché coloré (coucher ou lever de soleil), l'expression d'un visage original, le genre de cliché coup-de-chance.

  • Une bonne photo, ça peut être une belle photo mais qui respecte certaines règles (ou pas) comme le cadrage, les lignes de fuite, la composition, un détail, ton point de vue. En gros, au moins un de ces paramètres doit être maîtrisé par l'artiste derrière son objectif.

Voyons ensemble quelques conseils pour bien pratiquer la photographie

1- N'attends pas d'avoir le bon matériel pour pratiquer

Si tu as un smartphone, pour débuter (je vais m’écorcher la langue en disant ça) mais aujourd'hui, tu peux faire de bonnes photos avec (Attends ! Ne pars pas, laisses-moi terminer)

Bien entendu, tu seras confronté à certaines limites comme l'absence de zoom optique (NE JAMAIS UTILISER LE ZOOM NUMÉRIQUE DE SON SMARTPHONE, C'est moche et tu passes directement de "Mh, belle photo !" à "Mouais, l'image est bruitée, ça fait flou, suivant). Cependant, les smartphones d'aujourd'hui (2018 et +) peuvent permettre de bons clichés (en grand angle par exemple), tant qu'on ne sollicite pas trop les assistances électroniques (IA, bokeh rajouté par le software etc). Les plus chers d'entre eux proposent un mode de photographie "Pro" et permettent de bidouiller des paramètres comme sur un boîtier reflex mais quitte à mettre 1000€ dans un smartphone, autant te payer un pack boîtier + accessoires à 700€ et garder tes 300€ pour un Huawei ou Xiaomi (non, ils ne me sponsorisent pas).

Si tu as un boîtier reflex, hybride ou même numérique, prends plein de photos, change d'angle, demande à des copains de poser pour toi et tu comprendras au fur et à mesure quels sont tes besoins, quel style de cliché tu souhaites approfondir, qu'est-ce qui te plait ou ne te plait pas. Cela a aura pour but de préciser quel matériel tu souhaiterais avoir et quelles limites tu souhaiterais dépasser.

Inutile d'acheter 3000€ de matériel si tu débutes, commences petit à petit et c'est ta pratique qui définira tes besoins.

2 - N'attends pas le bon moment pour pratiquer

Pratiquer la photographie, ça signifie s'exercer un peu tous les jours. Tester, innover, changer des réglages pour obtenir une photo sous exposée ou sur exposée mais surtout : PRA-TI-QUER. Rome ne s'est pas faite en un jour, ta technique et ta créativité non plus. Aies un œil critique sur tes propres travaux : c'est normal de trouver ses premières photos moches, ça veut dire que ton regard a évolué. Cela ne signifie pas que tu étais nul, mais plutôt qu'aujourd'hui tu es un peu plus confirmé. Toutes les photos que tu prendras ne seront pas des chefs d'œuvre mais elles auront du sens pour toi : se tromper, louper sa photo, louper un moment, ça fait parti du jeu. Tu vas apprendre quelles sont tes lacunes, quelles sont tes forces et cela t'aidera à te construire, à éviter les pièges et saisir les opportunités.

Tu apprendras, par exemple, à identifier la météo pour prédire un beau coucher de soleil. Et cette prédiction t'amènera à te dire "Tiens, si je me plaçais à cet endroit pour ce coucher de soleil, j'aurai la vue dégagée" et puis "Et pourquoi je demanderai pas à mon pote yogi de venir faire une pose en face de moi pour enrichir ma composition et raconter une histoire avec ce cliché ?"

Tu saisis ?

3- Les fondamentaux à respecter pour mieux les briser

Casser les codes, être original, se démarquer, OUI. Avoir les bases pour mieux fracasser ses acquis, ENCORE MIEUX. Si tu veux sortir du lot, encore faut-il savoir de quoi on se démarque ?

Je n'irai pas trop dans l'explication de termes technico-scientifico-paléontologues mais en photo retiens d'abord qu'il y a 3 paramètres ultra importants : Ouverture, Temps de Pose et ISO qui servent à maîtriser la LUMIÈRE, élément principal dans la photographie.

Ton boîtier, il fonctionne comme un oeil. Quand il y a plein de lumière, ta pupille se rétracte et tes paupières se plissent. Quand il fait nuit, c'est l'inverse.


- Ce paramètre, en photo, c'est l'Ouverture (s'écrit F/ + un chiffre). Ça permet de maîtriser la quantité de lumière que tu fais rentrer par l'objectif et également l'effet de flou (appelé Bokeh) que tu auras dans ton image. F/2.8 signifie Grande Ouverture. Donc une grande quantité de lumière qui rentre. F/22 signifie Petite Ouverture, l'œil plissé et la pupille toute petite : une petite quantité de lumière rentre par l'objectif.


- Le temps de pose (Ou Vitesse d'Obturation), lui il est là pour maîtriser pendant combien de temps tu souhaites que la lumière rentre par ton objectif. En général, ça peut être extrêmement rapide (8 millième de seconde, 1/8000) pour figer un mouvement de sportif ou au contraire extrêmement lent (30 secondes et + encore) pour les astrophotographies par exemple. En pleine nuit, il y a très peu de lumière. Tu dois avoir un temps de pose plus long pour permettre à ton boîtier de capter les sources de lumière et d'exposer ta photo pour ne pas qu'elle soit noire.


- Et enfin l'ISO, le vilain petit canard, qui permet de rendre l'appareil photo plus ou moins sensible à la lumière MAIS qui rajoute un effet désagréable si on en abuse, le "bruit".





Ces 3 paramètres doivent être ajustés en permanence pour que tes photos soient plus ou moins lumineuses. Selon la scène que tu photographieras, tu vas devoir augmenter le temps de pose pour avoir plus de lumière et en même temps tu voudras une grande ouverture pour conserver le bokeh et ohh, zut, il faut baisser les ISO car ta photo va être sur-exposée. Cette triade est importante à connaître pour éviter les ratés, les flous ou les images bruitées bien que certains modes sur les boitiers (A, S, P) te permettent d'ajuster un paramètre et d'avoir les deux autres qui compensent automatiquement. Il n'y a donc pas d'urgence à passer en mode Manuel tout de suite, mais c'est bien que tu saches quand même.








4 - L'Editing c'est indispensable, dans une ère digitalisée

On entend souvent parler de comment prendre des photos, maitriser tel ou tel paramètre pour faire la photo parfaite mais les photographes omettent souvent un détail (qui n'est pas des moindres) : Celui du post-traitement. Eh oui, une photo numérique passe dans 99% des cas par l'ordinateur (ou la tablette, ou le smartphone). Au même titre que pour la photographie argentique et les chambres noires, où l'on plongeait les photos dans différents bains pour les développer et en faire ressortir les couleurs ou les contrastes, aujourd'hui c'est ton ordinateur qui s'en occupe grâce à des logiciels de post-traitement. Le plus connu d'entre tous, Lightroom (même développeur que Photoshop), te permet d'importer tes photos pour ajuster l'exposition, le contraste ou la couleur mais à la différence de Photoshop, tu ne pourras pas "inventer" ce qui n'existe pas sur la photo de base. Pour résumer, ce type de logiciel est un partenaire fiable qui te laisse la possibilité de rattraper une photo pas assez lumineuse, d'accentuer les détails, de la passer en noir et blanc etc etc. - "Alors, entends-je, à quoi ça sert de s'appliquer à faire des photos justes si le logiciel peut rattraper mes conneries ?" Effectivement, le logiciel a cette fonction mais il n'est pas Dieu. Il ne peut pas rattraper les flous, les photos sur-exposées ou les mauvais cadrages. Par contre, il peut t'accompagner dans ta créativité, te permettre de faire des essais, de changer la température d'une photo, modifier son ambiance globale, d'accentuer la couleur bleue à cet endroit mais pas à celui-là.

Si il faut plus d'une vie pour apprendre la photo, il en faut une autre pour apprendre l'éditing. Cette partie de la photographie est tout aussi complexe que la maîtrise du boîtier et nécessite de s'entrainer pour explorer les innombrables possibilités. Mais on y reviendra dans un prochain article.

5 - Sois créatif

Libère ton esprit créatif, unleash your power, vole de tes propres ailes. Mais d'abord, apprends la composition, la règle des 1/3, à gérer l'espace, les lignes de fuites, le format portrait, le format paysage, le cadrage serré - plan large et le reste. Toutes ces règles à suivre pour faire des photos conventionnelles, ça agace le rebelle en toi, je le sens. Et pourtant, si elles existent, c'est parce que des gars avant toi et moi ont testé les possibilités et se sont rendus compte que prendre un portrait de quelqu'un sans son visage, alors qu'il le voulait, c'était bizarre (Attention, je dis pas qu'il ne faut pas le faire, je dis juste que le gars voulait sa tête en photo, pas un morceau de son épaule et son mur blanc). Apprendre les règles, c'est la meilleure façon de pouvoir les contourner. Aujourd'hui, beaucoup de styles existent, on peut tout voir grâce à Internet, y compris des portraits de gens sans le visage sur la photo. Mais ces artistes sont passés par le conventionnel, se sont lassés du conventionnel et ont décidé de se réapproprier l'Art à leur sauce. Picasso disait : "J'ai mis tout une vie à savoir dessiner comme un enfant". Cette phrase, ne la perds jamais de vue. Ta créativité ne doit pas être jugée mais tu dois un minimum savoir de quoi tu parles pour imposer tes idées, surtout à notre époque.

Je t'aide à déchiffrer quelques unes de ces règles :

  • La règle des 1/3. C'est une règle simple qui, pour le plaisir des yeux, dicte que la photo se découpe en 3 partie horizontales et 3 verticales et que si tu prends un paysage (par exemple) avec l'horizon au loin, cet horizon devrait se trouver environ sur la ligne du tiers haut ou du tiers bas mais surtout pas centré. L’œil balaye alors la photo de haut en bas (ou de bas en haut), créant ainsi un mouvement. Ce mouvement chatouille ton cerveau, comme une très légère caresse mentale qui active une émotion. Si tu as le regard fixe devant une photo, c'est que rien ne te chatouille et donc, qu'aucune caresse mentale ne t'ébranle et donc zéro émotion.


  • La composition. Concept simple, à priori, qui suggère que lorsque tu prends une photo, les éléments de cette photo communiquent, qu'ils sont bien agencés. Prends un paysage en photo, en respectant la règle des tiers (l'horizon est au niveau du tiers horizontal bas) et mets-y un chat au niveau du tiers vertical droit: tes yeux se baladent en partant du bas, passent par le chat à droite et finissent dans le ciel. Hop, caresse mentale. La photo crée un effet.

Tu apprendras au fil de ton expérience bon nombre de règle comme celle-ci, à toi de voir si tu veux les respecter ou non. Quoiqu'il en soit, le meilleur conseil que tu dois retenir c'est ECLATE-TOI et prends plein de photos.


Vass











90 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout